INTRODUCTION

L’amorce est sujet de discussion inépuisable, qu’est-ce que tu as mis ? du truc ou bien du machin ? En blanc ou en rouge ? t’en a mis combien ? toute ces questions après une partie de pêche reviennent inévitablement, l’amorce miracle, la poudre magique, les graines de perlinpinpin. Oui sous le nom vulgaire d’amorce se cache une science a part entière, voire un art.Qui n’a jamais craqué dans les rayons d’article de pêche devant les sacs aux couleurs multicolors et aux odeurs de rêves pour le produit « à la mode », le « Produit de la saison », la nouvelle gamme d’amorce, les additifs en …ix ou en ..ïne. Beaucoup trop de pêcheurs pensent qu’avec l’amorce c’est toute la réussite de leur partie de pêche et mettent souvent leurs mauvais résultats sur le dos de l’appat. La pêche au coup est ainsi faite, le but d’une amorce est de faire venir et de concentrer les poissons en un point précis pour pouvoir les prendre plus rapidement. Plusieurs sens permettent aux poissons de repérer l’appats, l’ouie et la ligne latérale par le bruit que fait un amorcage, l’odeur et le gout issue des composants de l’amorce et la vue pour la couleur de l’amorce. Ensuite l’appat doit maintenir sur le coup les poissons sans les gaver. A partir de là c’est au pêcheur de jouer.
Autant vous le dire tout de suite l’amorce miracle n’existe pas , la bonne amorce est l’amorce qui permet de prendre le maximum de poisson sur un parcours donné, en fonction de nombreux paramètres : la saison, la température de l’eau, l’espèce recherchée, la profondeur, la force du courant et la nature du fond. Les critères importants pour une amorce sont :
Principales caractéristiques
La granulométrie (grosseur) des particules, la couleur du mélange, la richesse du mélange, la densité (lourdeur) ainsi que le travail du mélange une fois dans l’eau.
Les composants d'une amorce
Parlons maintenant des composants : une amorce est constituée d’un mélange d’ingrédients classable dans plusieurs catégories :
- Les ingrédients qui vont être mangés par les poissons (richesse) ex : les chapelures, les Tourteaux, les farines.
- Les produits collants qui vont permettrent de coller entre eux les différents ingrédients : PV1, pain d’épice, bentonite, farine de blé…
- Les produits dispersant (travail de l’amorce) qui vont déliter les boules d’amorces une fois celles-ci dans l’eau : Coprah nature , coco belge, chenevis moulu…
- Les additifs (odeurs et effets visuel) huiles concentrées, poudres nuageantes…
- Les terres (lourdeur, richesse) qui alourdissent le mélange ou qui l’apauvrissent : terre de somme, teintée, de rivière, sablon…
Pour conclure
En général tous les produits destinés à l’alimentation animale et humaine peuvent être utilisés pour concevoir une amorce. Le plus délicat est de former un mélange alliant au mieux les caractéristiques du parcours pêché. La pêche n’étant pas une science exacte, ce qui va suivre sont des standards reconnu pour la pêche au coup et issu de mon expérience acquise pendand 15 ans de compétition.
Attention le poisson joue toujours sur son terrain et c’est lui qui décide de mordre ou pas, a nous pêcheur de nous adapter.

Quelques composants de base que j'utilise depuis 15 ans :
Chapelure de pain, chapelure de biscuit, farine de maïs, PV1 collant (aussi appellé tourteaux collant), coprah nature, coco belge, farine d’arachide grillée, TTX (tourteaux de germes de maïs), chenevis moulu., chocolat en poudre, farine de noix grasse, farine de pain d’épice, farine de blé, terre de taupinière.


Ma recette de base
- 3 parts de chapelure de pain
- 2 parts de PV1
- 1 part de coprah nature
- 2 parts de terre
Cette recette convient pour une pêche de poisson moyen en étang ou rivière sans courant profondeur jusqu’à 3m.
Adaptée aux gardons ( amorce marron foncée) on rajoute :
- 2 parts de noix grasse
- 2 parts de chenevis moulu
- ½ part de chocolat en poudre

Adaptée aux brèmes ( amorce beige claire) on rajoute :
- 2 parts de farine de maïs
- 1.5 parts de Tourteaux de Maïs

Si maintenant vous pêcher avec un fond plus important on rajoute :
- 1 part de terre par mètre d’eau supplémentaire
De même si vous pêchez dans le courant on rajoute :
- De 1 à 3 parts de pain d’épice selon la force du courant.

Voilà une recette simple et adaptable a toutes les situations, maintenant rien ne vous empêche de remplacer certains produits, ou de rajouter des additifs. Vous pouvez aussi utiliser des teintes (terres de couleur) pour obtenir la couleur souhaitée.
La préparation Le mouillage est très important, la proportion de chapelure étant importante, il convient de l’humidifée en deux fois : au premier mouillage l’ensemble colle en formant des grumeaux, il faut tamiser le tout (elle colle correctement et sent fortement le coprah) puis laisser reposer ½ heure, ensuite l’amorce à gonflée et ne colle presque plus (la chapelure a absorbée l’eau) ils faut réaliser un second mouillage puis un autre tamisage, enfin la préparation est finie, vous sentirez une bonne odeur de pain et de PV1. En terme de coût, si vous récupérez du pain sec et la terre, le prix de revient au Kilo avoisine les 0,75Euros.
Retour